Nano-cars Race

Nanocars Race

À l’automne 2016, préparez-vous à vivre la 1re course internationale de molécule-voitures

La NanoCar Race est une course où des machines moléculaires concourent sur une piste de taille nanométrique. Ces « nanocars » ou molécule-voitures peuvent posséder de vraies roues, un vrai châssis… et avancer avec l’énergie d’une impulsion électrique !

Rien n’est visible à l’œil nu, un microscope unique situé à Toulouse permettra de suivre la course.

Véritable exploit scientifique et aventure humaine internationale, cette course constitue un spectacle unique qui sera retransmis en direct localement et dans le monde.

haut de page

Les équipes

NanoMobile club

  • Pays France
  • Laboratoire CEMES-CNRS
  • Sponsor Université Paul Sabatier (Toulouse, France)
  • Team Leader Gwenaël Rapenne

Nanocar Team

  • Pays États-Unis / Autriche
  • Laboratoires Smalley Institute for Nanoscale Science and Technology (Rice University) / Institute für Chemie (Graz Universität)
  • Sponsors Rice University (Houston, États-Unis) / Graz Universität (Graz, Autriche)
  • Team Leaders James Tour (Rice) / Leonhard Grill (Graz)

Nano-windmill Company

  • Pays Allemagne
  • Laboratoire Institute for Materials Science and Max Bergmann Center of Biomaterials - TU Dresden
  • Sponsor Technische Universität Dresden (Dresden, Allemagne)
  • Team Leader Francesca Moresco

Nano-Vehicle MANA-NIMS

  • Pays Japon
  • Laboratoire International Center for Materials Nanoarchitectonics
  • Sponsor National Institute for Materials Science (Tsukuba, Japon)
  • Team Leader Waka Nakanishi

Ohio Bobcat Nano-wagon Team

  • Pays États-Unis
  • Laboratoire Laboratory for single atom and molecule manipulation (Athens, États-Unis)
  • Sponsor Ohio University
  • Team Leaders Saw-Wai Hla / Éric Masson
haut de page

Le circuit

La piste de la NanoCar Race est une feuille d’or sur laquelle sont disposés des plots constitués d'atomes du même métal. Ce circuit est placé à l’intérieur d'un microscope à effet tunnel unique en son genre, au Centre d'élaboration de matériaux et d'études structurales (CEMES) du CNRS à Toulouse.

Pas de loupe dans un tel appareil. Une petite pointe vient cribler la surface avec de petites impulsions électriques : celles-ci cartographient l’ensemble de la piste et donnent l’énergie à la NanoCar !

L’originalité du microscope toulousain ? Il est le seul au monde à posséder quatre pointes, pouvant faire concourir quatre équipes en même temps.